Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 13:30
Chronique sur Rocknfrance :
http://www.rocknfrance.com/critique-album-youri-blow-moon-rock-my-soul-chronique-f11404.php
















Youri Blow semble venir d'une contrée lointaine, là où l'eau est pure et l'air vivifiant. Pourtant l'artiste est français et il est né à Troyes.

On ne peut parler de son nouvel album sans revenir sur l'histoire de cet artiste atypique. A l'âge de 21 ans et après diverses expériences musicales au sein de formation rock, blues et psychédélique, il quitte la France pour un séjour de 2 mois au Pérou qui le marquera à jamais.

Il reviendra avec un projet solo sous le nom de ”Youri Plays the Delta Blues” et écumera les bars de Paris.

Il s'installe un peu plus tard en Bretagne, ce qui n'est certainement pas un hasard, vu la richesse culturelle de cette région.

En 2006, Youri Blow sort son premier album sous le nom de ”Sand Of Fairy”, ce qui lui permet de faire les premières parties d'artistes aussi renommés que Elliot Murphy et Boubacar Traoré.

Aujourd'hui il revient avec un album riche d'influences, partagées entre le blues acoustique et la musique traditionnelle, avec un côté psychédélique, pour offrir des ballades acoustiques de toute beauté. Les guitares sont raffinées, le chant est souvent chamanique, et la voix rappelle un certain Jim Morisson. Quand aux arrangements, ils sont tout simplement étonnants et envoutants. Le titre ”Lovely Lucie” a quelque chose de glaçant et ”Moon Rock My Soul”, nous entraîne au coeur d'un voyage spirituel et plaisant.

Site Officlel : http://www.youri-blow.com/

Partager cet article
Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 11:13
En exclusivité aujourd'hui, c'est les photos de Yakusa en studio, puisqu'ils sont actuellement en cours d'enregistrement de leur premier album. Un album que l'on attend avec une certaine impatience après leur maxi "Comment va le monde" qui les a révélé sur la scène rock française, avec de nombeux passages radios dont La Grosse Radio et Rock en Folie. Attention, prochain concert de Yakusa, le 3 octobre prochain au Festival "Les foux de Joux (69).

Site Internet : http://www.yakusa.fr/
Myspace : http://www.myspace.com/yakusafr








































































































































































































































































































































































Partager cet article
Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 21:23
Chronique sur Rocknfrance :
http://www.rocknfrance.com/critique-album-electrod-monsieur-madame-chronique-f11407.php


















On ne mettra pas d'étiquette à Electrod, bien que le nom pourrait les mettre dans le camp de l'électro. Tendre et mélancolique sur ”la lettre”, Electrod s'affiche plus rock avec des riffs percutants sur ”quelle mort” et plus jazz sur ”France” et ” Ah les c....

Electrod porte une certaine élégance dans ses arrangements, une voix séduisante de conteur qui slame ses textes corrosifs sur des influences diverses et un mélange de sons qui tient parfaitement la route. Jazz, électro, pop, rock, slam, guitares, trompette, Electrod offre un univers en décalage par rapport à toute la scène actuelle. On s'attache à son univers et à cette voix prenante qui donne envie d'écouter les textes engagés qui s'enchaînent, laissant souvent place à la réflexion. Même la France d'aujourd'hui en prend pour son grade avec le titre ”France”. Composition élégante, et envoûtante qui laisse place à une certaine morosité, à cause d'une voix nettement moins séduisante qui s'impose sur la fin et qui mériterait de s'effacer.

Extrait du premier album : "La Révolution ne sera pas télévisée" - Live au VIP (44).



 Cet extrait, "La révolution ne sera pas télévisée" est inspiré d'un titre de Gil Scott Heron de la fin des années 60, "The revolution will not be televised". Le groupe prévoit l'enregistrement de ce titre cet été en single avec deux invités surprises de renom. Le but étant la diffusion en radio.
Partager cet article
Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 11:24
Souvenir de Banshi Project au Clak Festival, le 15 avril 2009. Je n'étais pas présent, mais c'est avec plaisir que je présente cet extrait sur lequel on peut entendre la qualité des compositions de Banshi Project et la superbe voix de Ella Rabeson.




Vous pouvez aussi retrouver Banshi Project sur Myspace :
http://www.myspace.com/banshiproject
Partager cet article
Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 13:08
Chronique sur Ziknblog : http://www.ziknblog.com/2009/06/05/le-clak-festival/

 On ne peut parler du Clak Festival, sans évoquer le site MyGroovyPod, site communautaire créé dans le but de promouvoir les jeunes talents et sur lequel tout artiste ou groupe peut s’inscrire.

Le groupe ou artiste se voit donc offrir une page de présentation et les services de la société audiovisuel, Pschit. Celle-ci propose en effet aux artistes, des enregistrements vidéos ou des séances en direct sur le net, voir la diffusion de concert en direct. Animé par une réelle passion pour la musique, le personnel de la société Pschit, dont font partie Juliette Nass, en tant que responsable contenu et évènement, ainsi que Christiane Boua, en tant qu’assistante de communication, ont eu l’idée de créer un évènement afin de permettre aux artistes de se produire devant un public, d’où la création du Clak Festival, dont c’est la première édition cette année. Celui-ci s’adresse aux artistes émergeants et résidents en Ile de France. Son but est de promouvoir la scène locale en créant une dynamique autour des différents projets musicaux. Il a donc fallu faire une grosse sélection. Avec 600 inscrits pour le Clak Festival, un gros travail d’écoute a été réalisé par les personnes de Mygroovypod, mais aussi par le biais d’un comité d’écoute regroupant une cinquantaine de professionnels issus de la musique et venus de labels, maisons de disques (Sony, Wagram, Barclay, Warner, EMI..), société de promotion, médias (programmateurs de salles, directeurs artistiques, journalistes..).

Au niveau des critères de sélection, aucun style n’a été mis en avant plus qu’un autre. On relève tout de même trois styles principaux, à savoir, la pop, le rock et le folk. Les principaux critères de sélection se sont appuyés avant tout sur la qualité des compositions, les arrangements, les voix, et les mélodies. 60 groupes ont ainsi été sélectionnés pour participer au Clak Festival.

Il a fallu aussi trouver un endroit viable et intéressant. Après une recherche importante la Bellevilloise s’est imposée comme le meilleur endroit.
Endroit fort sympathique et très accueillant, fondée en 1877, la Bellevilloise, a été la première coopérative parisienne. Elle avait alors pour ambition de permettre aux gens modestes l’accès à l’éducation politique ainsi qu’à la culture. Véritable lieu avant-gardiste d’échanges commerciaux et de commerce équitable avant l’heure, la Bellevilloise a eu un rôle majeur de 1910 à 1949 au sein de la vie économique et culturelle de l’est parisien. L’endroit a été rouvert en 2005, par Renaud Barillet, Fabrice Martinez et Philippe Jupin, un trio venu du spectacle vivant, de la production et des médias qui ont eu à cœur de redonner vie à ce lieu légendaire en proposant des évènements artistiques indépendants et de qualité à l’image du Clak Festival.

Les soirées du Clak Festival se déroulent en fonction de la disponibilité de la Bellevilloise, le mercredi soir, le jeudi soir ou le samedi soir. Durant les 17 soirées, organisées de mars à juin (la dernière session aura lieu le 6 juin), 4 à 5 groupes font une prestation d’environ 30 minutes. A la fin de ces prestations, un groupe est sélectionné par le public à l’aide d’un bracelet qui a été remis à chaque entrant et par un jury composé de membres du comité d’écoute. Le jury a des critères un peu différents du public, parce que ses membres votent en fonction bien sur, de leur aspiration personnelle, mais aussi en rapport avec leur fonction. Ceux qui viennent des maisons de disques ont par exemple, des critères plus commerciaux.

Chaque concert est filmé et diffusé sur le net en direct. On peut aussi retrouver tous les concerts passés en podcast sur le site MyGroovyPod. Chaque participant se voit remettre en plus d’un accueil chaleureux, un DVD du concert. Bien que le Festival soit un concours, l’ambiance y est forte agréable. On ressent un réel plaisir du public à défendre tel ou tel groupe et le plaisir des groupes à jouer. L’équipe du Festival est aussi très accueillante.

Je m’étais rendu au festival courant mai et j’avais eu le plaisir de rencontrer Christiane Boua et le guitariste et compositeur du groupe Banshi Project, Patrick Guilfoyle. Groupe qui a été sélectionné pour participer au Festival. Ce dernier m’a dit que le Festival lui a permis de rencontrer pas mal de monde intéressant pour l’avenir du groupe et que même s’il n’avait pas été sélectionné pour continuer, le fait d’avoir été sélectionné parmi 600 candidats était déjà une grande satisfaction. Cette soirée m’aura permis aussi de découvrir un artiste étonnant et unique : This Is The Hello Monster, qui continu l’aventure grâce au vote du jury.

La deuxième phase du Festival commence donc après le 6 juin et je vous invite tous à suivre l’évolution de ce festival, qui a pour ambition de devenir un rendez-vous annuel tout en voulant offrir une certaine qualité, non seulement au public, mais aussi aux artistes. On pourrait à l’avenir voir plus d’artistes se présenter au public comme ayant participé au Clak Festival, plus qu’à des émissions télévisées qui n’offrent pas grand-chose à la création artistique. Maintenant, il faut attendre septembre pour connaître l’heureux élu de ce Festival. Il serait sympathique de recevoir ses impressions, lors de cette soirée qui s’annonce chaude. Qui sait, si je peux m’y rendre, je vous en ferais part. Allez, soyez curieux…

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 19:36





















Originaire du Haut-Rhin, PJ@Mellor, distille un rock construit sur des riffs tranchants influencés par le punk et des mélodies pop avec une dose de sensualité dans la voix de Sandrine. Il faut dire que cette dernière n'en est pas à son coup d'essai. Elle officiait de 1990 à 1996 au sein du groupe Charlotte ô Fraises avant que ce dernier change sous le nom de Charlotte. Après une tournée en Tcheckoslovaquie, des concerts en première partie de groupes comme Black Maria, Les Sherrifs, La Souris Déglinguée, Autour de Lucie ou encore Dolly, elle revient aujourd'hui avec un nouveau projet et un nouveau groupe, accompagné de Matt (basse-guitare), André (guitare) et Hervé Batterie).

Si on parle d'influences avec le groupe, les deux plus marquantes restent PJ Harvey et Joe Strummer. On retrouve donc une forte dose d'électricité tout au long des 12 titres. L'album débute avec des titres assez pop pour devenir sur sa fin nettement plus nerveux avec des titres comme ”Hermann” et ”Stop loving me”, avec des riffs électrisants et sous tensions. Le dernier titre ”Flying away” reste pour moi la plus belle réussite. Un titre sombre et intimiste avec guitare-voix très prenant, tout simplement envoûtant.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 11:25
Après un premier album étonnant "tout n'est pas rose", JNEB se lance dans les concerts et forme le JNEB Band.
Un premier extrait est à découvrir sur le Myspace ci-dessous. Un titre sans concession où les cuivres sont de toute beauté. Les concerts de JNEB BAND sont à surveiller, si vous avez envie de passer du bon temps !
Pour l'instant des dates sont prévues dans le Nord.
Le 23 juillet au Nautilys à Comines, le 25 juillet au Festival Street Art à Steenvoorde, le 18 septembre à la Chimère à Lille, let 19 septembre au Rock à gogo à Valenciennes et le 18 décembre à nouveau à la Chimère à Lille.

JNEB, dis nous quand tu viens en région parisienne !!

http://www.myspace.com/jnebband







Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 19:50

Pour ceux qui ne le connaissent pas, voici Pat Kebra.
Qui est Pat Kebra ? Tout simplement l'un des pères du punk rock en France. Fondateur et guitariste du groupe Oberkampf né en 1979. Rapidement le groupe se porte comme l'un des piliers de la mouvance punk des années 80. Pour résumer la carrière discographique, le premier disque a été enregistré en 1981 et le dernier album, 'Animal factory' est sorti en 2003. Le groupe a toujours refusé les concessions, et a refusé des sollicitations, qui auraient pu lui faire gagner un plus large public. C'est ainsi qu'ils arrêteront leur collaboration avec Alexis, le manager de Taxi Girl. Un passage dans la célèbre émission 'Les Enfants du rock', sera même censuré, ce qui donnera au groupe une véritable image de rebelle. Déçu par le monde de la musique ou plutôt, de l'argent, le groupe décide en 1983 de s'autoproduire. La carrière du groupe original s'arrêtera en 1985 avec le dernier album "Cris sans thèmes". En 2000, Joe Hell, le chanteur reformera le groupe avec d'autres musiciens, qui le mènera au Bataclan en mars 2001 avec en première partie les Portes Mantaux et la Souris Déglinguée avant de sortir 'Animal factory'.
Depuis 1983, Pat Kebra est donc un ferfent défenseur de l'autoproduction. Il a aussi créé le groupe Futurs Ex en 2005 et sortit l'album du même nom, salué par les critiques. Plus de 100 radios ont diffusé le groupe, qui pourtant a décidé d'arrêter. Mais Pat Kebra n'a pas dit son dernier mot. C'est pourquoi cet artisan sort aujourd'hui deux nouveaux titres : "Perpétuellement décalé" et "Une distance". Deux titres rock ou Pat Kebra envoi un rock mordant, personnel et entraînant sur des textes pleins de sincérité qui lui ressemblent.
Un album devrait voir le jour, puisque d'autres compositions sont prêtes. Bon courage l'artiste, et à très bientôt.

Ces deux titres sont en téléchargement numérique sur toutes les plates formes numériques (FNAC, I Tunes, Virgin, Deezer...). Vous pouvez aussi les écouter sur son Myspace.

http://www.myspace.com/patkebra

Titre en écoute : Une distance.


Titre en écoute : Perpétuellement décalé
Partager cet article
Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 13:42
Chronique sur Rocknfrance : http://www.rocknfrance.free.fr/chronique-album.php?id_album=11388














Titre en écoute : Vers les étoiles.

Sens unique prend son essence dans le rock français. Il y croise Noir Désir, Eiffel et Miossec avec un chant agréable et prend au passage quelques influences anglo-saxonnes, du côté des Pixies. Sens Unique est originaire des Ardennes, pas trop réputé pour son climat. Pas étonnant donc que le groupe chante « un peu de chaleur », sans doute pour se réchauffer. Titre qui sur sa fin va jusqu'à s'enflammer, dévoilant à l'auditeur une belle maîtrise du jeu. Sens unique va dans le bon sens, peu importe qu’il soit interdit. Les interdits ne sont plus ce qu’ils étaient. Aujourd’hui tout semble interdit, alors pourquoi ne pas prendre un peu de liberté et s’envoler avec « vers les étoiles ». Une ballade bien jolie et entraînante, tout en acoustique. Un souffle comme une envie de profiter de la vie, qui fait du bien, là où il passe. Quand à la production elle est impeccable. Il faut dire que le quatuor, formé de Xavier à la batterie, Julien à la basse, Vincent au chant et à la guitare et Greg à la guitare, a fait appel à Fred Rochette, qui a travaillé avec des groupes comme Muse et Aérosmith et qui a tout de même accompagné Johnny Halliday à la guitare. Le groupe a évolué. Ce second album est moins rock à l’état brut. Il prend des influences pop de qualité pour dégager des refrains poignants, accrocheurs, des riffs énergiques et bien rythmé, relevé d’une certaine mélancolie dans le chant tout en gardant une énergie importante et tout ce qu’il faut pour dégager une pleine puissance sur scène.


Partager cet article
Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 13:27

Chronique sur Rocknfrance : http://www.rocknfrance.free.fr/chronique-album.php?id_album=11313







 

 




http://www.myspace.com/abinayarockpage






Abinaya signifie en langue indienne ”transmettre”, or dès le premier titre 'corps', Abinaya nous transperce avec ses percussions envoûtantes dès l'intro, comme une marque de fabrique. Il s'ensuit des riffs tendus et ce chant clair et contestataire sur le fil du rasoir, montrant que Abinaya n'est pas seulement un groupe de rock, c'est aussi une véritable tribu à découvrir sur scène, leur lieu de prédilection, là où la tribu s'agrandit pour entrer en transe...Le groupe s'inspire de rock, de métal et de musique tribale, sur des textes à la poésie engagée. Pour ce deuxième album seulement alors que le groupe existe depuis 1996, le groupe n'oublie pas de dénoncer ces foutus guerres avec 'enfant d'Orient', relatant de tristes réalités. Reste à se défouler sur 'l'homme libre', véritable rock tribal, entraînant et dansant qui dévoile un bien joli solo de guitare. Voilà, lorsqu'on découvre un groupe comme Abinaya, on se laisse facilement emporter, voler. Enfin des gens du même monde, ça fait du bien par où ça passe, en général, c'est par les oreilles !

Le groupe se déchaîne sur 'regarder le ciel'.

Les esprits s'apaisent avec l'intro de 'algo mais', mais quoi ? C'est oublier l'essence agité d'Abinaya qui roule au super et qui ne s'encrasse pas au fil des titres. Même les labels y passent sur 'les labels'.

Du riff tranchant, survolté sur les 'chars de police' et une rythmique survitaminée..et cette bien belle ballade 'partir puis revenir' qui scotche l'auditeur après une décharge d'énergie. Voilà un peu de mélancolie, de sensualité sur des paroles bien écrites et une sacrée mélodie aux arrangements appliqués. Le groupe ne reste pas longtemps dans l'apaisement, il repart de plus belle avec 'la mort des amants', texte de Charles Baudelaire, qui s'accompagne de riffs toujours incisifs et des alternances de tensions et de calmes. 'La mort des amants' c'est aussi un sacré refrain, que la tribu peut reprendre en choeur, sans oublier encore, un bien beau solo de guitare.

'Résiste' termine l'album, comme une conclusion, un appel à la résistance, face à une société individualiste où les percussions et la batterie dégagent leur dernier souffle de rage et encore, et encore, solo de guitare bien foutu en conclusion pour fouttre la tribu en émoi.

Abinaya a donc été fortement inspiré, ils ont pris leur temps et c'est tant mieux parce que 'Corps' est assurément l'un des plus bel album rock depuis le début de cette année.

Titre : Partir puis revenir.


Titre : La mort des amants.
Partager cet article
Repost0

Presentation

  • : CONTRE CULTURE INFO
  • : Après avoir été Directeur d'antenne adjoint sur NOIZY RADIO et animateur de l'émission CONTRE CULTURE diffusée chaque semaine sur : NOIZY, ZERADIO, ROCKONE, ROCK EN FOLIE, Equinoxe Namur, R2M, Clin d'Oeil FM, c'est désormais sur la MARCHE que j'écris avec le site https://culturemarche.com/
  • Contact

PARTENAIRES ET AMIS

 

logo-equinoxe

 

 

 

 

  logo-rockenfolie.jpg

 

 

 

 

 

 

0-logo

 

 

 rockonenew

 

 

 

 

 

 

CAT8MX93

 

 

 

 

zeradio

 

 

 

 

 

 

banniere partenaire bis

 


zikannuaire




Banni PSB-Horizontale rockenfolie (1)

 

 

 

468x60

 

 

logo 1DZIK

ban-eternels 460x68

Recherche

Contre Culture Info sur :

link
webplanete
link
musiciens_biz.jpg
link

musique
Actualité blog
add-rss

Bouton 3 Bookmarks.fr

logo lamoooche annuaire rss

>
seek 01